Les Points des Méridiens et la Douleur

 

Les personnes qui viennent me consulter se voient souvent confier la mission de devoir masser un ou plusieurs points d'acupuncture... Pour certains, il s'agit d'une découverte. Pour d'autres, déjà plus sensibilisés grâce aux pratiques de Tai Chi ou de Qi Gong par exemple, explorent un peu plus une démarche de prise en main de sa santé déjà bien ancrée.

 

Le sujet des points d'acupuncture est malheureusement impossible à réduire en ces quelques lignes modestes. C'est pourquoi cet article n'aura pas d'autres prétentions que celle d'expliquer brièvement et dans les grandes lignes ce que représente et ce qu'est un point d'acupuncture, et aussi pourquoi, parfois, il semble si douloureux. Cet article ne prétend pas être exhaustif sur ce sujet ni être de nature scientifique ou même pédagogique au sens d'un enseignement pointu entrant dans les arcanes de tout le système des méridiens, méritant de nombreuses heures d'apprentissage auprès d'un ou une Maître. Il se veut juste un simple tableau à destination de ceux et celles qui abordent ce sujet pour la première fois lors d'une consultation en Cabinet. Cette découverte est parfois intrigante, parfois déstabilisante, souvent lumineuse car découvrir que l'on peut soi-même masser un point constitue un véritable cadeau à soi-même. (Pour les super-initiés, cet article n'aura sans doute aucun intérêt ! ;-)) 

 

Les méridiens sont considérés comme des grands axes de circulation d'énergie, invisibles à nos yeux et reliés les uns aux autres selon une matrice précise et dans un ordre précis obéissant au cyle de l'horloge appelé cycle "Midi-Minuit". Ils relient les différentes directions de notre corps : la tête, le thorax, les mains en passant par les bras, les pieds en passant par les jambes. Le développement initial de ces axes suit le rythme de développement de l'embryon, dès la fécondation, selon 2 grandes directions initiales d'expansion (la base de ce qui deviendra plus tard la polarité Yang) et de compression (base de la future polarité Yin). De nombreux schémas sont disponibles dans les publications techniques et atlas, c'est pourquoi je laisse les lecteurs prendre le chemin de leur lecture avec joie !

 

Ces méridiens sont constitués de multiples points, assimilables à des chakras miniatures, sortes de vortex ou roues de circulation et de liaison énergétiques nourrissant tout notre équilibre. Certaines études scientifiques (trop peu !) ont pu avancer sur le terrain de leur analyse et semblent établir que la zone des points des méridiens serait en elle-même une zone conductrice de courant électrique alors même que le point n'est pas massé ou puncturé. La science progresse doucement dans ce domaine, rien n'est vraiment encore établi...

 

Les plus petits méridiens comprennent 9 points (les méridiens Coeur et Maître du Coeur) alors que les plus longs comprennent 45 et 67 points (concernant respectivement les méridiens Estomac et Vessie). Il existe aussi des points appelés "hors méridiens" et des points rattachés à d'autres méridiens appelés "Méridiens Extraordinaires" dont l'exposé si vaste serait impossible ici. Certains points sont de véritables trésors, susceptibles d'agir sur les corps subtils et bien sûr, directement sur les 7 grands chakras principaux de la médecine Ayurvédique. Lorsque l'on commence à étudier la Médecine Traditionnelle Orientale, on réalise progressivement qu'un point d'acupuncture est en fait une sorte "d'arbre qui cache la forêt" ou la partie émergée d'un iceberg. Leur étude demande de nombreuses heures d'investissement et l'horizon de leur compréhension n'est jamais réellement atteint.

 

Les noms donnés à ces points sont le reflet d'une symbolique très vaste propre à laisser deviner la puissance de l'action du point ou l'étendue de son domaine d'action (du physique au psychique, et "au- delà" encore). Certains points sont regroupés en grandes familles, telles que les points Eléments (Bois, Feu, Terre, Métal, Eau) ou les points Source, les points de Sédation, les points de Communication, de Réunion, d'Alarme, les points Fantômes.... Quelques exemples de dénomination susceptibles d'illustrer la richesse de la réflexion des grands Maîtres à l'origine des traditions : "Les 3 miles du pied" (36E) nommé ainsi car ce point permettait aux marchands ambulants de franchir à pied des distances très longues sans s'épuiser (ce qui est toujours le cas pour les randonneurs contemporains !), "la Porte interne" (6MC), "La Porte de la Vie" (4VG) qui porte si bien son nom, "Atteint le Yang" (9VG),  "La Tour et le Chemin de l'Esprit" (10VG et 11VG), "La Porte de l'Origine" (4RM) ou "la Mer du Qi" (6RM) etc. Aujourd'hui encore, ces noms sont des mines d'enseignements utiles à la pratique et constituent le socle de la transmission de l'esprit de cette médecine. S'il vous arrive de voir des films d'action ou mettant en scène la pratique des Arts Martiaux orientaux (même seulement 5 minutes pour les moins friands :-)), vous comprendrez que certains points sont puissants et peuvent entraîner des paralysies et blocages. Preuve très concrète de leur efficacité, ces arts sont enseignés un peu partout dans le monde, y compris sur le territoire français, à destination de celles et ceux dont le métier est de nous protéger. Dans le cadre des soins énergétiques, seuls les points autorisés sont traités et les rares points interdits de traitement sont soigneusement et absolument évités. D'autres points nécessitent des précautions particulières, par exemple le point situé sur le nombril (8VC... "Le Portail de l'Esprit"... ici, ce n'est plus une simple "porte", mais un véritable "portail" au sens large et imposant !) ne sera jamais puncturé mais sera uniquement chauffé en douceur par des techniques appropriées - Lampe TDP, Infrarouge ou moxibustion. A ce sujet, les piercing installés juste sur le nombril aparaîssent comme une aberration aux yeux d'un praticien en Médecine Traditionnelle Orientale. En raison de la localisation du piercing, cette pratique est le plus sûr moyen d'installer des déséquilibres énergétiques, donc organiques à terme.   

 

Pour se repérer dans cet univers, il existe des moyens de détection, des détails de l'anatomie humaine utilisés comme des véritables clés de lecture géographiques, ainsi qu'un moyen de mesure établi à partir de la mesure de la taille de votre main ou de vos doigts. L'unité de mesure de base s'appelle le "cun" (que l'on prononce "tseun" ou "tsoun" selon certains enseignements). Lors d'une consultation, l'indication d'un point à masser quotidiennement ou régulièrement sera toujours accompagnée de ce temps d'explication sur le repérage de votre point, avec votre main.

 

Venons-en maintenant à la douleur ressentie parfois sur un ou plusieurs points. En Médecine Traditionnelle Orientale, cette douleur, parfois vive, parfois sourde, parfois résonnant sans même que le point ne soit touché, est considérée comme un  véritable "signal" de dysfonctionnement.  De manière générale, toute douleur, surtout anormale ou ou d'intensité croissante, rend nécessaire une consultation chez le Médecin généraliste. Dans la mesure où toute urgence médicale est écartée, un "problème" signalé par un point douloureux peut provenir d'un ou plusieurs méridiens, d'un déséquilibre général dans leur fonction ou dans un organe/zone du corps correspondant, ou même parfois d'une mémoire ancienne attachée au méridien ou au corps. Les causes peuvent être ponctuelles ou chroniques, installées depuis peu ou depuis très longtemps. Elles peuvent tirer leurs racines dans plusieurs facteurs : climatiques, environnementaux, alimentaires, modes de vie, stress psychiques, prises de traitement allopathiques (dont il ne s'agit pas de remettre leur utilité en cause, mais juste de souligner la nécessité de les accompagner pour en limiter les effets sur le PLAN énergétique). Parfois toutes les causes s'accumulent.

 

Certains points douloureux constituent en même temps des points de diagniostic énergétique et de traitement, agissant comme des points "réflexes", c'est-à-dire agissant à distance des zones concernées. Certains points douloureux peuvent être sur des zones très éloignées des sources de désordres (exemple : un point sur un orteil alors que le consultant souffre de céphalées) ou encore sur des zones latéralement opposées au désordre. A chaque situation, chaque problématique, correspond un bilan unique, personnel au consultant.

 

Pour finir, voici les mots d'Elisabeth Rochat de la Vallée au sujet du point :

"Le mot "point" traduit mal les caractères chinois utilisés pour désigner les endroits précis du corps où l'on insère une fine aiguille, échauffe par un moxa ou presse par un doigt, afin d'accorder le flux vital, comme on accorde un instrument de musique, par des mouvements précis et successifs sur les diverses cordes (...). Situés sur les méridiens, les points sont les étapes de la constitution et de la reconstruction d'un être, les articulations et les relais du flux vital organisé.

Symboliquement, leur nombre est de 360 (ou équivalemment de 365, 366), comme les jours de l'année, répartis sur des méridiens qui sont Douze, comme les mois de l'année. En pratique, ils sont plus nombreux et se trouvent aussi sur des méridiens extraordinaires, Dumai et Renmai. On parle alors des Quatorze méridiens porteurs de points. (...)

Des points dits extraordinaires (...) existent également.

Ils peuvent parfois se trouver sur le trajet d'un méridien, mais ne pas faire partie de ses points régulateurs.

Ils sont le plus souvent hors méridiens (...), avec ou sans nom, normalement avec un emplacement fixe, mais parfois seulement localisables à la douleur ; on les appelle les points "Ah oui, c'est bien là" ou points "Ashi (...).

Dans le traitement, on sollicite le point dont le profil répond le mieux à l'ensemble des symptômes recueillis. On peut combiner plusieurs points, en les prenant ensemble ou successivement. (...)"

Elisabeth Rochat de la Vallée "Les 101 notions clés de la médecine chinoise" (éditions Trédaniel)

Pour illuster "l'esprit" qui traverse la pensée asiatique au sujet des points, voici une vidéo du Pr Truong Tinh reprenant sa vision de l'esprit de l'acupuncture : "les 4 niveaux de l'acupuncture", reproduite ici avec l'aimable autorisation de Gilles Goncalves http://www.hoathien.com/ et l'association Plusbellematerre (Fonds Sylvain Augier).

Le Pr Truong Tinh, décédé au Vietnam en décembre 2012, était Professeur de Médecine et Directeur des Hôpitaux de Médecine Traditionnelle à Ho Chi Minh  Ville. Il était aussi un musicien assez réputé dans son pays ainsi qu'artiste peintre. Il a dispensé son enseignement en Médecine Traditionnelle en France et en Europe et dirigé l'Institut IFVMTO (Villefranche s/ Saône) aux côtés de Marc Mézard, contribuant ainsi à former de nombreux praticiens - et Maîtres - en Occident. Aujourd'hui, l'IFVMTO est dirigé par son successeur Marc Mézard.